Restaurant coréen: Songsan

‘Songsan (송산)’ est un restaurant coréen situé dans le 15ème arrondissement de Paris.

Il est assez réputé pour son goût parmi les restaurants coréens.
Il y a donc toujours du monde.
Il est assez difficile d’y aller sans réserver une table.

Plusieurs plats ne sont préparés que dans ce restaurant à Paris,
Par exemple le ragoût piquant de cabillaud, les racines de plantes sauvages coréennes grillées, les nouilles froides au sarrasin, etc.
Songsan a à sa carte égaleent différents bibimbap
et des bulgogi comme tous les autres restaurants.
Vous pouvez y déguster un barbecue coréen (samgyeopsal).

Adresse:
20 Rue Marmontel, 75015, Paris
Métro: ligne 12, convention
Tel: 01 45 32 40 70
Horaire : 12h~14h30, 19h~23h
Fermeture: Lundi

songsan
source: google

Le cadre est moderne mais assez sombre.
Car les deux couleurs dominantes sont le gris sombre et bordeaux.
La salle peut accueillir beaucoup de convives
car elle possède beaucoup de tables.

Le principal point noir du restaurant est le suivant:
Le service n’est pas du tout agréable.
Les serveurs sont très occupés et agressifs.
Ils ne sont pas du tout souriants.
Surtout avec les enfants, ils sont irrespectueux.

songsan

La photo ci-dessus présente le Bossam ‘Tranches de poitrine de porc à la vapeur avec du chou chinois (보쌈제육)‘.
Le prix est de 17€.

Le goût est appétissant tout comme son art de table.
Il y a trois plats accompagnement comme le kimchi.
Par contre, il faut commander un bol de riz qui n’est pas compris dans le plat.

Le bossam est accompagné de chou chinois, de tofu,
de navet finement coupé à la sauce piment (moochae)
et de sauce (saeujeot, crevette mariné).

Le moochae contient des huîtres.
Il est assez sucré et piquant.
Bien que le chou chinois saumuré est plutôt sucrée et moins acide,
son goût est bon.
Le saeujeot est un peu fade.
C’est pourquoi quand on enroule tous les ingrédients dans une feuille
(sauf le tofu),
le goût est moins édulcoré que l’original.

bossam
Le cochon symbolise la chance (bok, 복).
Ssam signifie enrouler des ingrédients dans des feuilles de salade.
Bossam est donc issu de ces deux mots.
C’est pourquoi, les coréens mangent le bossam comme pour manger la chance.
Et aussi, les coréens en mangent après le gimjang,
qui est le process de fabrication du kimchi

jjamppong

Jjamppong est un des plats principal au Songsan.
C’est des nouilles tendres dans de la soupe piquante aux fruits de mer.
Le prix est de 17€.
Il contient de beaucoup de fruits de mer et de légumes.
La soupe est un peu piquante mais a bon goût.
Malheureusement, les nouilles ne sont pas aussi bonnes que la soupe.

Ce plat est originaire de Chine.
Mais les coréens en mangent souvent tout comme le jjajangmyeon.
Au 19ème siècle, les chinois qui habitaient en Corée ont modifié un plat appelé ‘chaomamian‘ pour l’adapter au goût des coréens.
En revanche, le mot ‘ jjamppong’ vient d’un mot japonais ‘ちゃんぽん(janppon)‘.
Jusqu’en 1970, la soupe de jjamppong était plutôt blanche.
Néanmoins, les coréens aiment des plats piquant.
Les restaurants ont alors ajouté de la poudre de piment.
C’est ainsi que le jjamppong est devenu rouge et piquant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.